En présentant mes collections, je souhaite donner au lecteur l’envie de s’intéresser aux objets du passé, de participer à leur conservation en ne jetant pas ces objets du quotidien mais en les gardant ou à défaut en les transmettant à ceux qui s’y intéressent. Ainsi sera conservé ce petit patrimoine culturel pour les générations futures.

Chaque article présente un objet ou un groupe d’objets ayant des points communs.


Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, les œuvres présentées sur ce site ne peuvent être reproduites ou diffusées sans le consentement de l'auteur. Il en est de même pour les textes qui les accompagnent. Toute atteinte portée aux droits de l'auteur constitue une contrefaçon. La contrefaçon est un délit.


Pour les photos incluses dans un dossier, un clic gauche sur la photo permet (lorsque j'ai bien travaillé) de l'agrandir, et la possibilité de visionner alors de même toutes les photos du dossier en cliquant sur les miniatures obtenues en pied de l'écran.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________


mardi 31 janvier 2012

Marque à bétail

Hors la Camargue où les bovins, élevés en quasi liberté, étaient et sont peut être toujours marqués systématiquement au fer rouge, dans les autres régions de France le marquage était généralement réalisé que lorsqu'il y avait regroupement des troupeaux de différents propriétaires.

Ce regroupement se produit lors de la transhumance pour l'estivage, ou même quotidiennement par exemple dans des villages où plusieurs propriétaires de petits troupeaux d'ovins et de caprins confient tous les matins leurs bêtes à un unique berger pour aller les faire paître en campagne.

Les bêtes étaient alors le plus souvent marquées à la peinture ou au goudron.

Chaque propriétaire avait donc sa marque qui bien souvent était complétée d'une protection divine par addition d'une croix chrétienne.











Inventaire des marques des fermes du Ripollès - Musée ethnographique de Ripoll en Catalogne espagnole.




26.08.2012 Ajout d'une marque

 
 



30.12.2012 Ajout 23 nouvelles marques
















09.05.2015 - Ajout







jeudi 26 janvier 2012

Cuillère - Louche - Ecumoire

La cuillère doit son origine à la nécessité de remuer les aliments durant la cuisson, elle fut tout d'abord plate et en bois puis surtout en cuivre, laiton, fer, mais aussi étain, argent, or ... tout en multipliant les formes et leur creusement en fonction d'une part, de l'évolution des formes des récipients de cuisson, et d'autre part de l'évolution alimentaire et des préparations culinaires.
Suivant les cultures et les continents on rencontrera à peu près toutes les matières : végétales, animales et minérales.
Pour transvaser le contenu des grands récipients dans des plus petits elle se creusera profondément et deviendra louche.
Pour sortir les aliments solides du bouillon ou en retirer l'écume, elle sera percée et prendra le nom d'écumoire


Cuillère à sauce, une est percée en son centre pour retenir les impuretés lorsque l'on arrose avec son jus de cuisson une pièce à rôtir.



Cuillère à ragoût, cuillère percée.



Louche et louche à eau



Louche à bouillie ou à soupe destinée à maintenir une ration au chaud dans la cheminée.



Cuillère à beignets



Écumoire



Écumoire en fil de fer



03.09.2015 - Ajout




samedi 21 janvier 2012

Fer à beignet - Fer à glacer






Pour faire des beignets on utilisait de la pâte à gaufre et des formes en fer.
La tête du fer qui forme un motif est chauffée dans la friture, puis plongée à mi hauteur dans la pâte, puis remise dans la friture où la pâte se détache.

Les fers à beignets anciens sont entièrement en fer, ensuite les motifs furent fabriqués en fonte puis en aluminium.





Le fer à glacer dit aussi : à brûler, à caraméliser, est formé d'un disque plat qui chauffé est passé au dessus du sucre saupoudré sur une pâtisserie ou une crème.


Voir d'autres fers à beignets : 
http://www.objetsdhier.com/fr/Aff.php?select_nom=128


03.09.2015 - Ajout

 En fer forgé main

En fer forgé à froid et soudé

En fer, manufacturés



jeudi 19 janvier 2012

Gourde crapaud


Crapaud, sape et crochet
La gourde dite crapaud est d'un volume sphérique aplati, elle est munie d'un goulot et de 2 anses ou de 3 ou 4 passants.

Ce type de gourde en céramique est présent depuis le Moyen-âge, sa forme serait la survivance d'une forme médiévale primitivement réalisée en bois.

Son nom lui vient du fait que le paysan au champ l'été pour ne pas la laisser au soleil et bénéficier d'une certaine fraicheur du sol, enterrait sa gourde qui par sa forme aplatie rappelle le crapaud enterré.

En France il semble qu'elle était produite et utilisée dans la moitié nord du pays et qu'elle était toujours réalisée en grès. 
On aurait donc recherché l'étanchéité (*) contrairement à la cruche méridionale d'été faite en terre cuite non émaillée donc poreuse,  porosité qui va permettre une évaporation ayant pour effet de diminuer la température de quelques degrés.

(*) Très probablement parce que, au nord la gourde contenait plus facilement des boissons fermentées telles que cidre et frênette, et au sud de l'eau.  




Gourde à 2 anses en grès du Beauvaisis



Gourde à 2 anses en grès de Puisaye, dont une à 2 goulots.



Gourde à 3 passants en grès



Gourde à 4 passants en grès



Gourde à 2 anses en terre cuite non émaillée - Espagne -



Gourde à 2 anses en terre cuite émaillée - Espagne - dont une avec bec.



12.07.2013 - Ajout


Gourde à bec en terre cuite (32), décorée sur les 2 faces - Espagne / Llorca province de Murcia.



11.04.2015 - Ajout 


 Gourde à 2 anses en grès (33) - France / Beauvaisis - 18,5 x 19 cm, ep: 11 cm.



20.09.2016 - Ajout



Gourde à 2 anses en grès (34) - France / Beauvaisis - 27,5 x 26 cm, ep: 15 cm, 3,3 Kg



mercredi 18 janvier 2012

Cafetière à échauder la vigne

La vigne n'est pas épargnée par les parasites : l'altise, les charançons, la cochylis, l'eudémis, les noctuelles, le vespère de Xatard,  la pyrale ...
La pyrale est un petit papillon dont la femelle pond l'été un grand nombre d’œuf qui éclosent au bout de 2 semaines de petites chenilles qui vont aussitôt s'abriter pour passer l'hiver en construisant un cocon dans les crevasses et écailles d'écorce des ceps.
Au printemps les chenilles mangent feuilles et bourgeons.

Vers 1840, Benoît RACLET découvrit la technique de l'échaudage des ceps de vigne pour tuer les œufs et larves, technique qui fut généralisée et utilisée jusqu'en 1945.
Une chaudière à bois est installée dans la vigne pour chauffer l'eau qui est ensuite versée dans les cafetières pour ébouillanter les ceps en prenant garde à ne pas bruler les yeux qui donneront les départs de sarments au printemps

Certaines cafetières possèdent un compartiment destiné à recevoir des braises de charbon de bois afin de conserver l'eau en température.


Cafetière en terre cuite (je ne désespère pas d'en trouver une entière)


 Cafetière en laiton


Cafetière en cuivre avec compartiment à braises en fer (un exemplaire l'a perdu détruit par la corrosion)


Le modèle le plus couramment rencontré dans ma région est celui en tôle étamée. Ci-dessus les 4 modèles possédés réunis.

Pour en savoir plus :
http://www.saintetiennelavarenne.fr/dictionnaire.asp 
http://jeantosti.com/musee/vigne.html
http://vignoblelapierre.fr/topic/index.html




14.05.2016 - Ajout


Avec compartiment à braises 
 marqué : BERTHOUD & DALICIEUX   CONSTRUCTEURS BREVETES S.G.D.G.   BELLEVILLE (RHONE)



jeudi 12 janvier 2012

Hachoir

Ustensile destiné à hacher la viande et les légumes.
On rencontre des formes très différentes selon que le hachage demande à être obtenu par coupage, pression ou frappe.

Le hachoir couteau, une large lame permet de hacher par coupage et par pression, deux formes : manche en prolongement de la lame et poignée située au dessus de la lame.

 



Le berçoir aussi nommé hachoir à bascule en raison du mouvement de bascule donné à la lame cintrée à l'aide des deux poignées. 
Pour améliorer leur rendement certains possèdent 2, 3 ou 4 lames boulonnées en parallèle.



Le hachoir à frapper est très proche du couperet avec toutefois une lame moins épaisse.








Lorsque des hachoirs sont décorés c'est en général sous la forme de silhouettes découpées dans la partie haute de la lame. Quant le décor est un animal, la queue fait souvent office de poignée.


N'oublions pas la hachinette petit hachoir avec lame en arc de cercle dont la courbe épouse celle du bol en bois avec qui elle est utilisée (voir l'article sur les mortiers en bois : http://vieux-outils-art-populaire.blogspot.fr/2012/01/mortier-en-bois-tourne.html).




Faux amis

 

 Grattoirs de Boucher, servent à râcler le billot.