En présentant mes collections, je souhaite donner au lecteur l’envie de s’intéresser aux objets du passé, de participer à leur conservation en ne jetant pas ces objets du quotidien mais en les gardant ou à défaut en les transmettant à ceux qui s’y intéressent. Ainsi sera conservé ce petit patrimoine culturel pour les générations futures.

Chaque article présente un objet ou un groupe d’objets ayant des points communs.


Conformément aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle, les œuvres présentées sur ce site ne peuvent être reproduites ou diffusées sans le consentement de l'auteur. Il en est de même pour les textes qui les accompagnent. Toute atteinte portée aux droits de l'auteur constitue une contrefaçon. La contrefaçon est un délit.


Pour les photos incluses dans un dossier, un clic gauche sur la photo permet (lorsque j'ai bien travaillé) de l'agrandir, et la possibilité de visionner alors de même toutes les photos du dossier en cliquant sur les miniatures obtenues en pied de l'écran.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________


mercredi 2 mars 2016

Afrique : fétiche à clous - nkisi - nkondi - koso -



L'ethnie Kongo ou Bas-Kongo (constitué des groupes : Solongo, Vili, Woyo, Yombe ...) utilise des fétiches nommés nkisi (pluriel minkisi) qui sont le réceptacle d'une charge consacrée par un sorcier, allant d'un agrégat informe de matières à une statue élaborée.
Lorsque le nkisi est de forme humaine ou animale il se nomme nkondi

Une des catégorie de nkondi, qui n'était pas la plus courante mais qui se rencontre le plus souvent en muséographie et chez les collectionneurs compte tenu de son aspect spectaculaire, est couverte de clous ou de lames métalliques. Elle est souvent appelée fétiche à clous

Ces fétiches à clous sont des statues de bois, anthropomorphes ou zoomorphes qui se caractérisent par une multiplicité : de clous, de lames, de fibres, de substances médicinales, de coquillages, de tissus, dont elles sont garnies, et par la présence d'une cavité contenant une charge magique, obturée d'une plaque de mica ou d'un miroir.

C'est la féticheur qui place la charge magique et l'active. La statue incarne alors un ou des esprits qui intercèdent pour résoudre des problèmes du genre : maladie, stérilité, conflits ...

C'est donc une statue positive, protectrice et bienveillante.

Le féticheur qui assure le lien entre le solliciteur et le nkondi, lors de chaque demande lèche un clou ou une lame de métal et l'enfonce dans la statue, le nombre de clous représente donc le nombre de contrats.

Souvent les yeux sont  grands ouverts, incrustés de miroirs, de métal ou de pierre polie pour fixer celui qui prête serment, le visage est agressif pour marquer la volonté et la bouche est ouverte pour figurer l'énoncé du serment.

Les statues familiales font 15 à 30 cm, et jusqu'à plus d'un mètre de haut pour celles de communauté.
Celles qui tiennent une arme bras levé sont considérées comme plus dynamiques et expriment leur capacité à défendre la communauté ou la famille qui les possèdent.

La statue peut représenter un chien, il est appelé koso c'est le médiateur entre les vivants et les morts. Il est le plus souvent bicéphale, une tête pour détecter les menaces, l'autre pour protéger.  




Hauteur: 35 cm - nkondi orné d'os, de peau, de fibres, de tissu ...



Hauteur 52 cm - l'arrière a été arraché, l'intérieur supprimé : pour que le nkisi soit inactif?



72 x 27 x 25 cm - 11,5 k - chien koso bicéphale











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire